Le Centre d’études du Saulchoir

Programme des activités du Centre d’études 2017-2018

L’enseignement et la recherche des dominicains français en sciences religieuses, terme qui peut englober la théologie, la philosophie, l’histoire, et en général ce que recouvre la culture religieuse, est, depuis un siècle, indissociable du mot « Saulchoir ». Sous ce vocable étrange et poétique, on désigne le centre d’études des dominicains de la province de France, inauguré au couvent de Belgique, planté de saules, qui les avait accueillis au début du XXe siècle, en passant par la grande maison d’Etiolles en Essonne, où ils restèrent de 1938 à 1971, à une époque qu’illustrèrent Marie-Dominique Chenu, Yves Congar et bien d’autres , jusqu’à ce centre qui essaie de maintenir la tradition d’une activité intellectuelle, ouverte vers l’extérieur.

Certes, après le transfert et la « suspension » des facultés de théologie et de philosophie, avec la bibliothèque du Saulchoir, rue de la Glacière et rue des Tanneries, le Saulchoir a assumé une autre allure et une autre destination. Prenant acte de la situation nouvelle, trente ans après l’ouverture du concile de Vatican II, qui a vu de si profonds changements dans l’Eglise et les sociétés de tradition chrétienne, les dominicains en 1992, créent un « Centre d’études du Saulchoir » qui, compte tenu des institutions d’enseignement supérieur en théologie existant déjà à Paris, n’aurait pas à offrir un programme académique avec cours, examens et diplômes, mais se tournerait tant vers la recherche qui pourrait être mise à la disposition d’un plus large public, en relation avec d’autres instances, que vers la proposition d’enseignements spécifiques (histoire de la pensée médiévale, spiritualité et histoire de l’ordre dominicain, par exemple).

C’est ainsi que débuta en 1993 ce Centre, qui a pris la forme d’une association de la loi de 1901, et qui a pu se développer depuis lors. Concrètement, le Centre propose un certain nombre de rencontres intellectuelles et d’enseignements, pour une demi-journée ou une journée, dans les temps d’activité scolaire. Pour donner une idée de la variété des approches et des intérêts, signalons les grands axes des années récentes. Il y a plusieurs cycles qui se développent en parallèle : Théologie médiévale ; Histoire et spiritualité ; Spiritualité dominicaine ; Bible ; Science des religions ; Ethique et société ; Théologie politique ; Œcuménisme ; Religion et psychanalyse. Il y a aussi des débats, des présentations de livres récents avec leurs auteurs.

Les Cahiers du Centre d’études du Saulchoir ont été publiés dans le but de fournir sous une forme abordable les travaux du Centre. Signalons parmi les derniers parus :Le retour des anges ; André-Jean Festugière, Hellénisme et christianisme ; l’Eglise et l’abolition de l’esclavage ; Histoire et spiritualité française au XVIIe siècle ; Religion et psychanalyse. Le Centre d’études travaille en lien avec les autres instances qui sont ses voisines dans ce périmètre du XIIIe arrondissement où elles sont rassemblées, comme la Bibliothèque du Saulchoir, ou la Revue des sciences philosophiques et théologiques. Mais il s’est développé au cours de ces dernières années des collaborations durables avec d’autres institutions, telles que l’institut catholique de Paris, la Revue d’éthique et de théologie morale, le Supplément …

En bref, le Centre d’études du Saulchoir se veut un lieu de recherche et de transmission intellectuelles, large dans sa conception des disciplines, théologie, philosophie, histoire et autres sciences humaines, comme dans son approche.

Toutes les questions que se posent ou qu’étudient ceux qu’intéressent le fait religieux dans nos sociétés ont vocation à y être traitées et discutées.