Aline Debert, une amie de très longue date s’en est allée

La nouvelle de son décès fin juin nous a bouleversés. Aline faisait partie du Saulchoir qu’elle fréquenta dès l’obtention de son diplôme de bibliothécaire documentaliste en 1976. Elle fut pendant de nombreuses années l’assistante du professeur Alphonse Dupront (fondateur du Centre d’anthropologie religieuse européenne à l’EHESS), et était  depuis 1983 membre du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval (GAHOM). Elle collabora à l’Histoire du missel français  avec Michel Albaric, alors directeur de la bibliothèque. Elle venait souvent au Saulchoir. Au moment du thé de la bibliothèque, elle nous racontait avec sa verve et son humour ses découvertes sur les vies rocambolesques de certains saints et bienheureux, nous parlait avec affection de ses étudiants, racontait les voyages du GAHOM dont elle rapportait toujours des spécialités locales qu’elle nous faisait goûter. Car Aline aimait la vie, la bonne chère. Elle aimait les gens et donnait de son temps avec générosité. Elle s’est investie immédiatement dans notre projet de colloque de novembre 2019 sur la collection des images de dévotion du Saulchoir. Elle faisait partie du comité d’organisation. Collectionneuse passionnée d’images et de missels elle attendait la retraite pour se consacrer à notre collection qu’elle était une des rares à très bien connaître.  Sa disparition nous laisse orphelins.

Entre Cluny et Vézelay : savoirs et pratiques des sculpteurs dans la Bourgogne romane

 

Une soixantaine de personnes ont assisté à la conférence de Neil Stratford  le 14 juin 2018. Elle a été  suivie d’échanges passionnés qui se sont prolongés autour  du buffet offert par l’Association des Amis de la Bibliothèque.

Neil Stratford devant le portail central de Vézelay
Neil Stratford à l’écoute des questions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 14 juin à 19h30
Salle Dumont,  45 rue de la Glacière Paris 13e

l’Association des Amis de la bibliothèque du Saulchoir vous invite  à la conférence de Neil Stratford, Conservateur émérite au British Museum et Membre de l’Institut.
Cette conférence prendra la suite de l’Assemblée générale de l’Association qui se déroulera de 19h à 19h30

École d’été à Montréal : Du manuscrit à l’incunable . INSCRIPTIONS AVANT LE 30 AVRIL 2018

Piroska Nagy, lectrice du Saulchoir,  Professeure d’Histoire du Moyen Âge à l’ UQÀM, Montréal nous fait part d’une initiative conjointe de son université avec l’IRHT, Institut de recherche et d’histoire des textes

Du manuscrit à l’incunable :
Initiation au texte médiéval et renaissant (École d’été)
A l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
DU 26 AU 31 AOÛT 2018

Inscriptions avant le 30 avril 2018
Pour plus d’informations cliquez ici

En collaboration avec l’IRHT, l’UQAM vous invite, du 24 au 31 août 2018,  à une formation sur l’initiation au travail sur des textes manuscrits et les premiers textes imprimés.

Une formation intensive s’adressant aux étudiants et aux chercheurs en histoire, en littérature et en philosophie, ainsi qu’à toutes celles et ceux désirant s’initier au travail sur les textes manuscrits et les premiers textes imprimés.
Une formule qui allie des conférences théoriques et des ateliers pratiques sur les documents.

Une visite virtuelle de l’exposition Trésors des couvents dominicains et de la bibliothèque du Saulchoir

L’exposition a reçu plus de 2 500 visiteurs et suscité un intérêt qui ne s’est pas démenti jusqu’à sa fermeture.

Ces quelques images permettront à ceux qui n’ont pu se déplacer d’avoir un aperçu des œuvres exposées.

Le père Henri Lacordaire au couvent de Sainte Sabine à Rome

Ostensoir de la Maison Mellerio

La staurothèque reliquaire fin XIIe début XIIIe siècle

Pietà bois polychrome – fin XVe siècle

Miró – Braque- Matisse – Chagall

Un catalogue publié par « Héritage architectural » contient une présentation de l’exposition, une chronologie de la vie de saint Dominique et de la présence dominicaine à Paris, une Brève histoire des dominicains à Paris par le frère dominicain Jean-Christophe de Nadaï, membre de la Commission léonine ainsi que de très belles photos des œuvres et leur description.
La bibliothèque du Saulchoir assure la diffusion du catalogue. Prix de vente  26 euros.

Grand succès pour l’exposition « Trésors des couvents dominicains et de la bibliothèque du Saulchoir »

La magnifique salle des fêtes de la mairie du Ve offre un très bel écrin aux œuvres exposées. Elle  ne désemplit pas depuis l’ouverture au public le 6 mars. Plus de 150 visiteurs se sont succédés le premier jour et l’affluence depuis reste constante. Promeneurs, habitants du quartier, touristes… tous se disent curieux de découvrir ces trésors rarement ou jamais présentés et étonnés par la diversité des œuvres.

Vernissage de l’exposition

Rencontre avec Emmanuel Falque auteur du Livre de l’expérience, le 6 février 2018

Professeur de renommée internationale, Emmanuel Falque est doyen honoraire de la faculté de philosophie de l’Institut catholique de Paris. Spécialiste de philosophie patristique et médiévale, phénoménologie et philosophie de la religion, il est l’auteur de nombreux ouvrages qui ont largement été diffusés à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. Il a publié de nombreux articles dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques. Familier de la bibliothèque, ses livres sont consultables au Saulchoir

Parution de « La fondation de l’Université de Paris »

Pascale Bermon, chercheur au CNRS, auteur de nombreux articles sur la philosophie médiévale, publie ici un choix de textes qu’elle a traduits et commentés. Dans la préface Jacques Verger  dit de ces textes qu’ils sont  les «textes fondamentaux qui jalonnent le processus qui a permis la naissance de l’institution universitaire parisienne et en éclairent des aspects ou des moments cruciaux»

Dons à la bibliothèque

De nombreux intellectuels, de toutes sensibilités, comme le philosophe Michel Foucault, les historiens Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Pierre Riché, l’islamologue Roger Arnaldez, le philologue, philosophe, historien des sciences Alain-Philippe Segonds ont fréquenté la bibliothèque, appréciant la qualité de son fonds, les conditions de travail et son ambiance conviviale. Michel Foucault a rédigé au Saulchoir son « Histoire de la sexualité » et son manuscrit encore inédit « Les aveux de la chair ». Puis l’Association pour le Centre Michel Foucault a été hébergée au Saulchoir (1986-1997) jusqu’à la publication des « Dits et écrits » chez Gallimard. Le fonds se trouve maintenant à l’IMEC, Institut Mémoire de l’Edition contemporaine en Normandie. Quant à Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Roger Arnaldez, Pierre Riché, Alain-Philippe Segonds,  ils  ont donné tout ou partie de leur bibliothèque.

En 2017 la bibliothèque a intégré 6094 livres dont seulement 397 sont des achats.
Pensez à nous  faire don de vos publications

La bibliothèque du Saulchoir : son rôle et sa place dans un parcours de recherche et de socialisation intellectuelle

par Bénédicte Renaud, Docteur en études politiques, EHESS – ancienne élève de l’ENA

Un patrimoine documentaire riche et spécifique, qui distingue le Saulchoir des autres bibliothèques de recherche

Mon travail de recherche n’aurait pu voir le jour sans la mise à disposition d’ouvrages qui étaient introuvables dans les autres bibliothèques de recherche, y compris la Bibliothèque nationale de France.  Ma recherche portait sur un auteur dominicain et professeur de droit international public de l’entre-deux-guerres pour lequel le Saulchoir disposait de l’ensemble de l’œuvre. Mais bien plus que cela, il m’a été possible de consulter plusieurs éditions d’ouvrage, notamment les éditions originales ce qui est particulièrement intéressant dans un travail d’analyse fine d’auteurs. Cette possibilité n’est pas toujours offerte par d’autres bibliothèques.

Le Saulchoir est un véritable lieu de ressource documentaire, qui par son histoire séculaire et son enrichissement progressif apparait essentiel, incontournable pour une recherche de qualité en histoire, en théologie, en philosophie médiévale comme en sciences politiques. L’objet de ma recherche était d’étudier notamment les interactions de la doctrine catholique portée par des auteurs religieux ou laïcs face à la crise de la démocratie face aux régimes totalitaires. Contrairement à une première image d’une bibliothèque spécialisée dans des domaines de recherche qui ont peu de liens avec le monde contemporain, il m’a été donné de vérifier la très grande variété du fonds et son ouverture aux problématiques actuelles non seulement par un catalogue d’ouvrages récents mais aussi par la possibilité de revisiter des oeuvres religieuses et non-religieuses à la lumière des questions politiques et philosophiques qui travaillent notre société, que l’on soit croyant ou non.

La valeur de ce fonds tient sans aucun doute à son caractère à la fois docte et actuel, spécialisé et pluridisciplinaire qui offre la possibilité d’une excellence universitaire quel que soit le niveau de formation concerné.

Une politique d’accueil et de consultation qui s’adapte aux lecteurs

L’organisation autonome de la bibliothèque, sa gratuité et ses horaires d’ouverture favorisent une accessibilité aux ouvrages qui, s’ils ne sont pas ouverts au prêt, peuvent être réservés « à la carte », les délais de mise à disposition des ouvrages demandés sont rapides. Par ailleurs, les facilités accordées à certains lecteurs selon leurs besoins de consultation sont très précieuses. En d’autres termes, l’adaptation aux besoins des lecteurs est plus aisée que dans des bibliothèques qui doivent gérer un lectorat très important et sont astreintes à une réglementation de sécurité et d’accessibilité qui peuvent être plus contraignantes. Par ailleurs, l’offre de service y est plus standardisée ce qui ne répond pas toujours aux besoins des lecteurs, encore moins à des chercheurs.

Un lieu de culture en acte

Ce qui fait de la bibliothèque du Saulchoir un lieu où se forme la culture aujourd’hui, c’est la communauté des lecteurs qui l’anime. La connaissance qui s’y construit ne résulte pas uniquement de la stricte consultation des ouvrages.  Elle émerge des conversations entre lecteurs, des contacts qui s’y nouent et des projets intellectuels qui s’y forment. Peu de lieux institutionnels offrent cette opportunité de passerelle et de dialogues. Le Saulchoir constitue un foyer intellectuel, un espace d’échange de la société civile dont la spécificité est de confronter des pensées religieuses ou non de tradition diverse et relevant de champs scientifiques différents. Il ouvre au questionnement, au débat et à une confrontation des savoirs très précieux pour la vitalité intellectuelle d’une société moderne, démocratique.

La bibliothèque ne se veut pas exclusive d’une connaissance « élitiste » mais son fonds documentaire invite à une formation universitaire d’excellence.  C’est un lieu vivant et atypique de culture, marqué par la construction des liens intellectuels et humains qui s’y forment et qui participe à la détermination de ce qui est commun aux femmes et aux hommes de la cité.

Carnet de la bibliothèque du Saulchoir (province dominicaine de France)