La bibliothèque de demain face à l’intelligence artificielle, technologie et éthique

Conférence – Débat
avec la participation de Eric Salobir
Président de la Human Technology Foundation.

19 juin 2024 à 19h30
Salle Christophe Dumont, 45 rue de la Glacière 75013 Paris
Métro Glacière

L’IA s’invite dans le monde des bibliothèques. La bibliothèque du Saulchoir s’est engagée dans la refonte de son catalogue pour répondre aux besoins technologiques du web de données. Quels sont les défis et les enjeux de ce choix ?

Organisé à l’initiative de
l’Association des amis de la bibliothèque du Saulchoir

Entrée gratuite sur inscription jusqu’au 17 juin à l’adresse
amis@bibliothequedusaulchoir.org

 

 

Décès de Michel Albaric

L’équipe du Saulchoir a la tristesse d’annoncer le décès du frère Michel Albaric, le 29 mai 2024, dans sa 85e année. C’est lui qui en 1973 a piloté le déménagement de la bibliothèque depuis le couvent d’Etiolles, et son installation dans les nouveaux locaux au sein du « carré Glacière » où elle ouvrit au public le 11 mars 1974. Il en fut le bibliothécaire jusqu’en septembre 1999 et a contribué à donner au Saulchoir une place reconnue dans le monde universitaire. Il a fait connaitre la bibliothèque en dehors des milieux ecclésiastiques en s’inscrivant dans des associations professionnelles, en participant à la rédaction de normes catalographiques pour la description des livres liturgiques, en enseignant dans les écoles de bibliothécaires. Passionné d’iconographie et d’ethnologie religieuse catholique, il a constitué des collections uniques d’objets de piété, de missels, d’images de dévotion, publié de nombreux articles sur ces collections et apporté son concours à plus de 150 expositions réalisées par diverses institutions publiques et privées.

Ses obsèques seront célébrées le lundi 3 juin à 10h30 dans la chapelle du couvent Saint-Jacques, 20 rue des Tanneries, 75013 Paris.

 

“Fragments de mémoire” par Michel Albaric. Chrétiens en marche, n°94 et n°95, 2007

Témoignage d’Isabelle Séruzier prononcé aux obsèques de Michel Albaric

Le père Didon, dominicain, inspirateur des jeux olympiques

L’Institut de recherche pour l’étude des religions organise le mercredi 15 mai 2024, de 18h à 20h, Salle Sertillanges (20 rue des Tanneries, Paris 13e, Métro Glacière, bus 21), une rencontre autour du livre d’Yvon TranvouezPlus vite, plus haut, plus fort. Le père Didon, inspirateur des Jeux olympiques (Cerf, 2024).

Présentation: “«Plus vite, plus haut, plus fort» : la devise des Jeux olympiques, c’est au père Henri Didon qu’on la doit.
Le dominicain l’imagine, en mars 1891, pour l’Association de sports athlétiques qu’il vient de fonder. Le jeune Pierre de Coubertin, qui lui a suggéré cette création, reprend la formule à l’occasion du premier Congrès international olympique réuni à Paris. C’est ainsi que celui qui est un prédicateur renommé va rester dans l’histoire. Son attention au sport s’inscrit dans la logique d’une vie dominée par la volonté de réconcilier le catholicisme et la société moderne.
Libéral, républicain et démocrate, attentif aux nouvelles méthodes d’éducation, curieux de littérature et passionné de science, auteur d’une vie de Jésus qui fut un grand succès de librairie et d’une correspondance avec des femmes modernes et brillantes, le père Didon est le témoin passionnant des mutations et des tensions qui ont ébranlé le catholicisme français dans la deuxième moitié du XIXe siècle. ” (présentation de l’éditeur).
 
Cette séance associera Martin Dumont (IRER-Sorbonne Université), le fr. Augustin Laffay, o.p. (AGOP-Comité pontifical des sciences historiques) et Yvon Tranvouez (CRBC-univ. Brest).
Un temps de libre discussion entre l’assistance et les conférenciers aura lieu à l’issue des interventions.

Vous êtes cordialement invités à assister à cette rencontre. L’accès est gratuit et ouvert à toute personne intéressée, il vous est donc possible de transmettre autour de vous cette invitation. En raison des normes d’accès au bâtiment, l’inscription est obligatoire. Il sera par ailleurs possible de suivre la rencontre à distance, par Zoom (lien communiqué sur demande)martin.dumont@sorbonne-universite.fr

Bien cordialement,
Martin Dumont
Secrétaire général de l’IRER
 

“Et Didon créa la devise des Jeux Olympiques” ou l’histoire oubliée des Jeux Olympiques du Rondeau, Grenoble 1832-1952 / Alain Arvin-Bérod ; préface de Jack Daumet.

Ouvrage consultable à la bibliothèque du Saulchoir

Bibliothèque d’études et centre d’archives

Le Saulchoir

Je souhaitais dire quelques mots du Saulchoir, l’un de mes lieux de travail, d’où provient une partie de mon corpus. Il me semble que cette bibliothèque gagnerait à être mieux connue de la communauté scientifique. Il s’agit d’un des points névralgiques des activités intellectuelles de l’ordre dominicain, situé à Paris, dans le 13e arrondissement (1)

Le Saulchoir est une bibliothèque d’études, mais aussi un centre d’archives dont les fonds pourraient être mieux exploités par les chercheurs.

Pour ma part, j’y ai trouvé des corpus de correspondances d’une richesse extraordinaire, parfaitement conservés grâce au travail des archivistes de l’ordre. Ces fonds “du for privé” concernent des personnalités très diverses. Cela tient à l’insertion des frères dominicains dans le monde et à la densité des échanges épistolaires qu’ils ont entretenu.

Je développerai ici l’exemple du fonds du père Janvier (2). On y trouve des lettres de Charles Maurras dont il est intime; d’Hubert Beuve-Méry, mais aussi de la plupart des membres de l’élite parisienne, catholiques ou non. Il était aussi parfaitement intégré au monde des revues et des journaux: plusieurs dossiers concernent des articles ou des polémiques autour d’articles de presse, en plus des lettres reçues des éditeurs et maisons d’édition. Le fonds offre aussi des sources privilégiées pour l’étude des milieux d’Action française, dont le père Janvier est une des figures; la pochette “Léon Daudet” est particulièrement volumineuse. L’univers des catholiques engagés en politique est bien représenté : on trouve par exemple un dossier “Jacques Piou” conséquent.

Une partie importante du fonds est composé de lettres de laïcs “ordinaires”, inconnus. Pour poursuivre sur le fonds Janvier, que j’ai exploré pendant plusieurs jours, des dossiers complets d’hommes et de femmes ont été conservés. Ils ont écrit au père Janvier pour avoir un avis, pour demander un appui, pour solliciter une médiation. Ce type de fonds est exploitable dans des recherches des plus variées: histoire et sociologie des sexualités, du couple, de l’éducation, des associations, et bien sûr histoire religieuse et histoire des mentalités.

La numérisation des inventaires des archives est en cours. Par ailleurs, leurs fonds sont en perpétuel accroissement, notamment par l’entrée des papiers personnels de François Chavanes, Antoine Lion, Jean-Michel Pelfrène, Couvent Saint-Abraham, Christian Duquoc, Jean-Claude Sagne, François Martin, André Duval, Ambroise-Marie Carré …et d’autres personnalités.

C’ est aussi un lieu de documentation dynamique (3), qui intègre des collections intéressantes pour qui travaille sur le fait religieux et/ou le genre. Le fonds “Genre en Christianisme” propose un fonds de près de 2000 titres : livres, revues spécialisées et travaux universitaires sur les thématiques religieuses, féministes et sociétales relevant de toutes disciplines (théologie, sociologie, études de genre, histoire, linguistique). Ce fonds comprend en particulier un nombre important d’ouvrages anciens ou en langue étrangère difficilement accessibles en France aujourd’hui. Ce fonds bibliographique est ouvert aux étudiants/es, chercheurs/es, et à celles et ceux que ces thèmes intéressent.

D’autres projets sont en cours, comme le Dictionnaire des Dominicains français. C’est un projet développé sur trois ans (automne 2011/automne 2014). Il s’agit de produire un Dictionnaire exhaustif des dominicains français, depuis Lacordaire jusqu’au début des années 1970. Il sera consultable en ligne, gratuitement. Ce travail témoigne du dialogue entre chercheurs universitaires et religieux: le comité de rédaction et le comité scientifique sont mixtes. Le projet est piloté par deux chercheurs CNRS, et un partenariat a été établi avec le CNRS qui hébergera le dictionnaire sur Cléo.

Malheureusement, le Saulchoir est financé principalement par des fonds privés, dont l’Association des Amis de la Bibliothèque du Saulchoir. Les subventions publiques sont minces. Cet état de fait s’explique en partie, à mon avis, par la méconnaissance du grand public, et du public universitaire, de la richesse des fonds qui y sont conservés. J’espère donc que ce modeste billet vous aura donné envie d’aller y jeter un oeil, et pourquoi pas d’en parler autour de vous aux chercheurs que cela intéresserait !

(1) 43 Bis Rue de la Glacière 75013 Paris

(2) Le père Janvier (1860-1960) est un des directeurs que j’étudie

(3) Bien sûr, le Saulchoir est aussi un centre d’études incontournable en sciences religieuses, théologie ou philologie. D’autres fonds sont plus spécifiques (Istina)

Les Ateliers d’art sacré 1919-1947 : rêves et réalités d’une ambition collective

Ouvrage dirigé par Isabelle Saint-Martin et Fabienne de Stahl

Présentation et débat
en présence des auteurs
avec Jean-François Luneau
Conservateur général du patrimoine
Centre André Chastel

Vendredi 8 décembre à 18h
INHA -Salle Vasari –
2 rue Vivienne  – 75002 Paris

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Maurice Denis et George Desvallières fondent les Ateliers d’art sacré avec l’espoir de profiter de la Reconstruction pour en finir avec l’art saint-sulpicien et donner leur chance à de jeunes artistes réunis par leur engagement chrétien. D’autres groupes de catholiques, lecteurs des écrits de Jacques Maritain, ont partagé ce rêve, mais les Ateliers joignent à la formation artistique un enseignement théologique et la participation active aux chantiers où se retrouvent maîtres et élèves.
Cerner les contours de cette ambition collective, sa portée comme ses limites, préciser l’importance effective des commandes, la diversité des arts impliqués, la place des femmes parmi les élèves, ainsi que la dimension internationale du projet, permet de mesurer, un siècle après sa création, l’originalité de l’entreprise. Elle éclaire l’évolution des relations entre l’art et l’Église à la veille des bouleversements de la seconde moitié du XXe siècle.

Les Ateliers d’art sacré sont une section de la Société de SaintJean pour le développement de lart chrétien, qui s’appelait à l’origine la Confrérie de Saint-Jean l’Évangéliste, fondée en 1839 par Henri Lacordaire, restaurateur en France de l’Ordre des Prêcheurs.
Les archives de la Société de Saint-Jean sont conservées à la Bibliothèque du Saulchoir où elles sont consultables sur rendez-vous.

“Imago Pietatis” : deuxième colloque international sur les images de dévotion, Bruxelles, 19-20 octobre 2023

Imago pietatis : Révolutions médiatiques et évolutions des pratiques dévotionnelles (XVIe-XXIe siècles), Bruxelles, 19-20 octobre 2023

Bibliothèque royale de Belgique (KBR)
Boulevard de l’Empereur 4,
1000 Bruxelles

Inscription gratuite, mais obligatoire, avant le 10 octobre 2023
Adresser un mail à : renaud.adam@uliege.be
et à christine.gobeaux@umons.ac.be
Mentionner vos nom, prénom et institution éventuelle.
Programme téléchargeable 

En novembre 2019, la Bibliothèque du Saulchoir réunissait à Paris une septantaine d’experts et de passionnés de l’image de dévotion, pour un colloque international intitulé : Les images de dévotion en Europe, XVIe-XXIe siècle : une précieuse histoire. À l’issue des deux journées de rencontre, les participants ont émis le vœu de maintenir en contact ce réseau par l’organisation d’un deuxième colloque dans un autre pays.

Le groupe de contact FNRS ‘Documents rares et précieux‘ a décidé de relever le défi en organisant, les 19 et 20 octobre 2023, un colloque international de deux jours autour du thème Imago pietatis. Révolutions médiatiques et évolutions des pratiques dévotionnelles.
Ce colloque a l’ambition de renouveler les connaissances sur les petites images imprimées dites de dévotion ou de piété. Il souhaite interroger ces notions même de «dévotion» et de  «piété» qui charrient une déjà longue histoire. Déplier cette terminologie (qui n’est pas la même dans toutes les langues) et son historiographie constitue en effet un préalable à tout enquête sur l’origine historique, la nature sémiotique et esthétique, les fonctions et usages de ce type d’imagerie.

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique (KBR), Boulevard de l’Empereur 4, 1000 Bruxelles

Comité scientifique et organisateur : Renaud Adam (secrétaire du groupe de contact FNRS ‘Documents rares et précieux’), Wouter Bracke (KBR/ULB – Président du groupe de contact FNRS ‘Documents rares et précieux’), Marie-Christine Claes (IRPA), Ralph Dekoninck (UCLouvain), Christine Gobeaux (UMons), Arnaud Join-Lambert (UCLouvain), Dominique Lerch (Chercheur associé à l’Université de Versailles St Quentin  – Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines ), Aleuna Macarenko (ULiège), Claire Rousseau, o.p. (Institutum Historicum Ordinis Praedicatorum – IHOP, Rome), Cécile Vanderpelen-Diagre (ULB), Tine Van Osselaer (UAntwerpen).

Avec le soutien de : Bibliothèque royale de Belgique (KBR) ; FNRS ; Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL-ULB) ; Onderzoekscentrum Ruusbroecgenootschap (UAntwerpen) ; Centre interdiocésain du patrimoine et des arts religieux (CIPAR) ; Centrum voor Religieuze Kunst en Cultuur (CRKC). 

L’inscription est gratuite, mais obligatoire, avant le 10 octobre 2023.

Programme
Jeudi 19 octobre 2023

13h         Accueil
13h30    Introduction : Ralph Dekoninck (UCLouvain, Louvain-la-Neuve) et Marie-Christine Claes (Institut royal du Patrimoine artistique, Bruxelles)
13h40    Ingrid Falque et Ralph Dekoninck (UCLouvain, Louvain-la-Neuve) : Qu’est-ce qu’une image de dévotion (XVe-XVIIIe siècle) ? Approches historique, historiographique et terminologique
14h05    Lise Constant (UCLouvain) : Les images de dévotion utilisées pour la décoration d’objets
14h30    Discussion
14h50    Pause
15h10    Pauline Carminati (Archives départementales de la Manche, Saint-Lô) : Les images des confréries de dévotion au XIXe siècle
15h35    Olivier Guyaux (L’Atelier de l’Imagier, Bruxelles) : Le fonds Favre de plaques photographiques pour projections lumineuses des jésuites de l’ancienne province belge
16h         Discussion         
16h20   Fin

Vendredi 20 octobre

9h30      VISITE du cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de Belgique
10h45   Evelyne Verheggen (Ruusbroecgenootschap of the University of Antwerp) : Series of multiple devotional prints printed with a single copper plate. The production of so-called ‘Keulse bladeren’ in the first half of the seventeenth century
11h10   Marie-Christine Claes (Institut royal du Patrimoine artistique, Bruxelles) : Les techniques d’impression des souvenirs mortuaires, de la taille-douce au numérique
11h35   Andrea Catellani (UCLouvain, Louvain-la-Neuve) : Images numériques pour la prière
12h        Discussion          
12h20   Déjeuner (libre)
14h        Émilie Chedeville (Chercheuse post-doctorale, Université de Rouen-Normandie) : Les cachets d’Henri de Maistre édités par l’Art catholique
14h25   Véronique Laurent Reyre (Bibliothèque du Saulchoir, Paris) : Le renouveau de l’art sacré dans les images par Valentine Reyre (1899 – 1943)
14h50   Discussion          
15h10   Pause   
15h30   Aurélie Stuckens (Maison du Patrimoine médiéval mosan, Bouvignes-Dinant) : La dévotion à saint Walhère au XXe siècle à la lumière d’une correspondance inédite
15h55   Dominique Lerch (Chercheur associé à l’Université de Versailles St Quentin – Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines ) : Les images pieuses aujourd’hui. Deux cas : l’Alsace et le Var 
16h20   Discussion
16h40   Conclusion
17h        Fin

Avec TapIR à la découverte des trésors enfouis des bibliothèques

Conférence de
Véronique Falconnet

Bibliothèque nationale de France
Département de la coopération
Cheffe du service du Catalogue collectif de France (CCFr)

Mardi 20 juin à 19h30
Salle Dumont (Centre Istina)
45 rue de la Glacière 75013 Paris
Entrée gratuite sur inscription avant le 20 juin
à l’adresse :
amis@bibliothequedusaulchoir.org

Que vous soyez chercheur, collectionneur ou tout simplement curieux en quête d’informations sur les sujets les plus insolites, la BnF a donné pour mission au Catalogue collectif de France de vous faire trouver l’introuvable par son portail en ligne – par exemple, les quelques 16000 menus conservés à la bibliothèque municipale de Dijon. On y apprend aussi la richesse exceptionnelle des fonds patrimoniaux de la bibliothèque du Saulchoir.

Véronique Falconnet nous invite à découvrir ces trésors et les chemins de leur exploration, après avoir piloté leur signalement dans le Catalogue collectif de France.

TapIR : Traitement automatisé pour la production d’instruments de recherche

Affiche de la conférence téléchargeable pour diffusion

 

Face aux scandales dans l’Église, quelle place pour la vérité ?

La Procure
3 rue de Mézières, Paris 6e 
Mercredi 15 mars 2023 de 20h à 21h30

Soirée animée par Christophe Henning
Avec la participation de :

Tangi Cavalin, historien, Véronique Margron, théologienne et présidente de la CORREF, Antoine Mourges, historien, Claire Vincent-Mory, sociologue
Inscription obligatoire : accueil.mez@laprocure.com

Corref : Conférence des religieux et religieuses de France

Révolutions médiatiques et imago pietatis

évolutions des pratiques dévotionnelles

Bruxelles, 19-20 octobre 2023

Appel à communications
Les propositions de communication doivent parvenir avant le 30 mars 2023 au secrétariat du groupe de contact FNRS à l’adresse suivante : christine.gobeaux@umons.ac.be

En novembre 2019, la Bibliothèque du Saulchoir réunissait à Paris une septantaine d’experts et de passionnés de l’image de dévotion, pour un colloque international intitulé: Les images de dévotion en Europe, XVIe-XXIe siècle : une précieuse histoire. A l’issue des deux journées de rencontre, les participants ont émis le vœu de maintenir en contact ce réseau par l’organisation d’un second colloque dans un autre pays.

Le groupe de contact FNRS ‘Documents rares et précieux‘ a décidé de relever le défi en organisant du 19 au 20 octobre 2023 un colloque international de deux jours autour du thème Imago pietatis. Révolutions médiatiques et évolutions des pratiques dévotionnelles.

Ce colloque a l’ambition de renouveler les connaissances sur les petites images imprimées dites de dévotion ou de piété. Il souhaite interroger ces notions même de « dévotion » et de « piété » qui charrient une déjà longue histoire. Déplier cette terminologie (qui n’est pas la même dans toutes les langues) et son historiographie constitue en effet un préalable à tout enquête sur l’origine historique, la nature sémiotique et esthétique, les fonctions et usages de ce type d’imagerie.

Les organisateurs encouragent donc des propositions de communication qui soient attentives aux façons dont on a pu caractériser cette imagerie à travers le temps, mais aussi à la dimension de longue durée en veillant à remonter au-delà des XIXe et XXe siècles, siècles dans lesquels la recherche sur cette imagerie a eu tendance à se cantonner, perdant ainsi de vue les fortes continuités comme les importantes transformations sur cinq siècles.

Il est proposé de croiser cette approche tout à la fois historiographique et historique avec une attention portée à l’histoire des techniques qui ont déterminé pour une bonne part les caractéristiques propres de ces images comme de leurs usages, depuis la xylographie des origines jusqu’à l’utilisation aujourd’hui du numérique, en passant par la taille-douce, la lithographie et les procédés photomécaniques, sans compter toutes les autres techniques qui sont venues enrichir cette imagerie (canivets et autres). 

Les propositions de communication doivent parvenir avant le 30 mars 2023 au secrétariat du groupe de contact FNRS à l’adresse suivante : christine.gobeaux@umons.ac.be

Date : 19-20 octobre 2023

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique, Boulevard de l’Empereur 4, 1000 Bruxelles

Comité scientifique et organisateur

Renaud Adam (Arenberg Auctions)

Wouter Bracke (KBR/ULB – Président du groupe de contact FNRS ‘Documents rares et précieux’)

Marie-Christine Claes (IRPA)

Ralph Dekoninck (UCLouvain)

Arnaud Join-Lambert (UCLouvain)

Dominique Lerch (Chercheur associé à l’Université de Versailles St Quentin (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines )

Aleuna Macarenko (ULiège)

Claire Rousseau, o.p. (Institutum Historicum Ordinis Praedicatorum – IHOP, Rome).

Cécile Vanderpelen-Diagre (ULB)

Tine Van Osselaer (UAntwerpen)

Avec le soutien de :

La Bibliothèque royale de Belgique ; le FNRS ; le Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL-ULB) ; Onderzoekscentrum Ruusbroecgenootschap (UAntwerpen) ; le Centre interdiocésain du patrimoine et des arts religieux (CIPAR) ; het Centrum voor Religieuze Kunst en Cultuur (CRKC)

“L’affaire : les dominicains face au scandale des frères Philippe” par Tangi Cavalin

“Des enquêtes, qu’elles soient le fait de journalistes, d’associations ou d’institutions ecclésiales, ont fait connaître pour les dénoncer les agissements abusifs de Thomas et Marie-Dominique Philippe, frères de sang et de religion. Ces révélations ont ébranlé les fondations dont ils étaient les figures tutélaires, l’Arche pour le premier, la communauté Saint-Jean pour le second. Elles ont aussi profondément questionné l’Ordre dominicain dont tous deux étaient issus. 
Le 30 janvier 2020, le frère Nicolas Tixier, provincial de France, m’a demandé, par une lettre de mission, de constituer une commission historique “chargée de faire toute la lumière” sur cette affaire pour “notamment permettre de préciser le rôle de l’institution dominicaine dans son traitement depuis l’origine”.  Le travail conduit sur trois années, a été mené en toute indépendance. La commission a défini seule sa perspective de recherche, sa méthodologie, ses lieux d’investigation, les témoins à rencontrer. Les archivistes dominicains à Paris et à Rome se sont mis à sa disposition sans s’immiscer, à aucun moment, dans le travail des chercheurs. Aucun religieux dominicain n’a, à aucun moment, formulé la moindre directive, ni même été tenu au courant du travail en cours et de ses résultats. Le rapport remis au provincial, dont je suis l’auteur, n’a pas été revu par lui avant publication. Le voici.”  Tangi Cavalin

Les dominicains face au scandale des frères Philippe

Conférence sur Marie-Dominique Chenu, le 14 décembre 2022 à la Sorbonne

L’Institut de recherche pour l’étude des religions a le plaisir de vous inviter à la rencontre qu’il organise le mercredi 14 décembre 2022, de 18h à 20h, amphi Michelet de Sorbonne Université (46 rue Saint Jacques, 1er étage) autour du livre de

Étienne Fouilloux, Marie-Dominique Chenu, 1895-1990 (Salvator, 2022).

“Qui mieux que le dominicain Marie-Dominique Chenu a su incarner au XXe siècle la figure du théologien catholique engagé, voire, pour certains, celle du franc-tireur dans l’Église ? C’est au prix d’une solide formation que celui-ci, devenu religieux à 18 ans, a pu déployer une grande inventivité intellectuelle et spirituelle. Artisan d’une nouvelle lecture du thomisme et de la redécouverte de la dimension historique en théologie, il participe au renouveau qui va poser les jalons du futur concile Vatican II. Soutien du mouvement des prêtres-ouvriers, il n’hésite pas à élaborer une « théologie du travail », quitte à subir un temps les sanctions de sa hiérarchie. Expert au concile Vatican II, cet homme de réseaux multiples se montrera particulièrement sensible aux questions sociales à travers ses liens avec l’Action catholique ouvrière et le journal Témoignage chrétien.” (présentation de l’éditeur)

Cette rencontre associera Étienne Fouilloux (univ. Lyon-II), Frédéric Gugelot (CERHIC – univ. Reims) et Denis Pelletier (GSRL-EPHE).
Un temps de libre discussion entre l’assistance et les conférenciers aura lieu à l’issue des interventions.

La séance est ouverte à toute personne intéressée. Il vous est donc possible de transmettre autour de vous cette invitation. Pour des questions d’organisation et en raison des normes d’accès aux bâtiments, l’inscription est obligatoire : martin.dumont[at]gmail.com
Il sera par ailleurs possible de suivre cette rencontre à distance, par Zoom (sur inscription)
 
Bien cordialement,

Martin Dumont
Secrétaire général de l’IRER

Carnet de la bibliothèque du Saulchoir (province dominicaine de France)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search