Le Saulchoir, une richesse humaine et libraire

L’équipe humaniste de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) a de bonnes raisons de rappeler, s’il en était besoin, les qualités de la bibliothèque du Saulchoir qui lui ont paru irremplaçables, après une ancienne et longue hospitalité de quelque dix-huit mois, puis derechef depuis la fin du mois de septembre de cette année.

Reflet des intérêts encyclopédiques bien connus de l’ordre dominicain, cette bibliothèque, on risquerait de l’oublier, n’est pas réservée aux seuls spécialistes des sciences religieuses et l’on ne laisserait d’être étonné de la diversité des domaines qu’elle embrasse. Peu savent en effet que tous ont accès à la plus riche bibliothèque privée de Paris, sans présenter toutefois les inconvénients de sa richesse, inhérents au gigantisme de certaines institutions dont nombre d’utilisateurs préférent de plus en plus se  détourner. Ici, point de ces lourdeurs technico-administratives qui envahissent le siècle, seules règnent la simplicité et la rapidité.         

Loin d’être uniquement le reflet du passé, la bibliothèque du Saulchoir reste une bibliothèque vivante, grâce aux dons et à une politique d’achat très bien conçue depuis l’origine : on y dispose ainsi d’une réserve précieuse riche en livres de la Renaissance, rassemblant en particulier une quantité impressionnante d’ouvrages d’un des premiers grands humanistes français, Jacques Lefèvre d’Étaples. On peut y admirer la merveille typographique d’un Psautier multilingue (arabe et hébreu compris) et multicolore d’Agostino Giustiniani, tout autant que les dernières nouveautés agréablement exposées au public.

         Cette énumération matérielle, au demeurant fort incomplète, serait bien réductrice si l’on ne soulignait que lui étaient indissociables la compétence d’un personnel acquise dans la stabilité sur le long terme, la chaleur de l’accueil et l’agrément de lieux paisibles, toutes conditions nécessaires à une recherche qui ne soit pas immédiatement pragmatique. Préventivement aux turbulences des temps à venir, la pérennité et la prospérité de ce hâvre de paix sont à assurer à tout prix , afin de permettre mieux qu’ailleurs la transmission d’un savoir désintéressé.

Jean-François Maillard, Jean-Marie Flamand, Marie-Elisabeth Boutroue


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.