Aline Debert, une amie de très longue date s’en est allée

La nouvelle de son décès fin juin nous a bouleversés. Aline faisait partie du Saulchoir qu’elle fréquenta dès l’obtention de son diplôme de bibliothécaire documentaliste en 1976. Elle fut pendant de nombreuses années l’assistante du professeur Alphonse Dupront (fondateur du Centre d’anthropologie religieuse européenne à l’EHESS), et était  depuis 1983 membre du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval (GAHOM). Elle collabora à l’Histoire du missel français  avec Michel Albaric, alors directeur de la bibliothèque. Elle venait souvent au Saulchoir. Au moment du thé de la bibliothèque, elle nous racontait avec sa verve et son humour ses découvertes sur les vies rocambolesques de certains saints et bienheureux, nous parlait avec affection de ses étudiants, racontait les voyages du GAHOM dont elle rapportait toujours des spécialités locales qu’elle nous faisait goûter. Car Aline aimait la vie, la bonne chère. Elle aimait les gens et donnait de son temps avec générosité. Elle s’est investie immédiatement dans notre projet de colloque de novembre 2019 sur la collection des images de dévotion du Saulchoir. Elle faisait partie du comité d’organisation. Collectionneuse passionnée d’images et de missels elle attendait la retraite pour se consacrer à notre collection qu’elle était une des rares à très bien connaître.  Sa disparition nous laisse orphelins.


3 réflexions sur « Aline Debert, une amie de très longue date s’en est allée »

  1. C’est tout à fait par hasard que j’apprends le décès d’Aline Debert, dont je n’avais plus de nouvelles depuis mon départ en retraite de la Bibliothèque du Saulchoir en janvier 2003.
    C’était une amie que j’appréciais beaucoup. Elle m’avait invitée à participer au séminaire de Méthodologie : analyse et informatisation des images médiévales qu’elle co-animait avec Jean-Claude Schmitt, ce dont je lui avais été profondément reconnaissante.
    Elle m’avait reçue chez elle, avenue Jean-Jaurès, où j’avais pu découvrir que sa passion des livres n’était pas uniquement professionnelle. Son appartement débordait de livres.
    Elle fait partie de mes meilleurs souvenirs de la profession de bibliothécaire.

  2. J’apprends en vous lisant le décès d’Aline. Je me souviens très bien d’elle puisque j’ai travaillé au Saulchoir en 1983-85, à une époque où elle y venait déjà fréquemment. Je me souviens de sa gentillesse, de son entrain et de son humour, parfois un peu féroce… Quelle tristesse !

  3. Quelle tristesse. Je la croisais aussi dans mon quartier. Une passion scientifique, et un tempérament.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.