Archives de catégorie : Actualités

La mort n’existe pas : mourir – être mort – ressusciter par Frédéric Nef

Frédéric Nef publie un très bel ouvrage, La mort n’existe pas. Mourir – être mort – ressusciter (Les Éditions du Cerf). La mort n’est pas seulement le pendant de la vie, elle est aussi celui de la résurrection. Le métaphysicien réussit à rendre toutes ces réalités accessibles, en ne séparant jamais la réflexion philosophique de la méditation théologique et de l’expérience spirituelle

Ouvrage de Frédéric Nef

L’enfermement, une idée “tendance” pour des effets décevants. Conférence de Jean-Marie Delarue. 12 octobre 2021

La conférence se tiendra le 12 octobre 2021  à 19h30, Salle Dumont, 45 rue de la Glacière, 75013 Paris.  Elle suivra l’Assemblée générale de l’Association des Amis de la bibliothèque du Saulchoir convoquée à 19h.
Entrée sur inscription uniquement jusqu’au 11 octobre inclus.
amis@bibliothequedusaulchoir.org

Les images de dévotion en Europe XVIe-XXIe siècle en vente chez Beauchesne

Souscription aux actes du colloque "Précieux souvenirs" des 21-22 novembre 2019s

En vente  42.00 € chez l’éditeur

Publié en septembre 2021.
Sa présentation par Claire Rousseau :

Vous craignez que le livre ne parle que de vieilleries ? Plongez-vous vite dans l’article de David Douyère qui explore les arcanes de l’image de dévotion sur les supports numériques dont ces chers téléphones portables (ajout personnel : une étude reste à mener sur l’image de dévotion tatouée sur le corps).

Vous êtes parpaillots ? Alors l’article de Gustave Koch sur l’imagerie protestante vous intéressera. Catholiques ou protestants, vous découvrirez avec Dominique Lerch combien les emprunts mutuels sont nombreux et si vous tenez à un estampillage épiscopal, le second article de Dominique sur l’imprimatur des images de dévotion vous montrera que rien ne fut simple.

Prêts à railler ? Vous n’irez jamais aussi loin que Claudius Lavergne, maître verrier qui n’a cessé d’écorner la production de ses contemporains. Un grand merci à Auriane Gotrand d’avoir secoué de rire la salle lors du colloque.

Vous pensez images de papier ? Que nenni ! La gélatine fut un étonnant support d’images ravissantes présentées savamment par Jean-Pierre Doussin.

Images de dévotion… parfois au service d’idéologies comme ces images de propagande politique et militaire à découvrir avec Biagio Gamba.

Mais images ayant aussi accompagné la sainteté, comme celles à l’usage de sainte Thérèse de Lisieux depuis son enfance jusqu’à sa déréliction (article de Sylvie Manuel-Barnay).

Bref, ce livre d’images, pas toujours sages malgré leur appellation, vous promet des lectures enthousiasmantes et des découvertes étonnantes

Contenu et sommaire

Les objets de dévotion (images, chapelets, statuettes, chemins de croix portatifs…) font partie de la vie quotidienne des chrétiens depuis des siècles. La bibliothèque dominicaine du Saulchoir (Paris) est reconnue comme un point de passage obligé pour leur étude. Sa collection d’images de dévotion, qui compte plus de 200 000 pièces classées, constitue un corpus majeur dans ce domaine encore peu étudié.

Depuis la recherche pionnière d’Adolf Spamer en 1930 et, beaucoup plus tard, l’exposition sur Un siècle d’ images de piété, 1814-1914 organisée au Musée-galerie de la SEITA en 1984, ce corpus et d’autres collections ont commencé à être défrichés. Mais il manquait une confrontation des diverses approches de ces images et un bilan ouvrant des pistes de recherches, à l’exemple des catalogues d’exposition réalisés à Piombino. Pour combler cette lacune, un colloque international, « Précieux souvenirs : histoire de l’imagerie de dévotion en Europe », organisé par la bibliothèque du Saulchoir en collaboration avec l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, s’est tenu à Paris les 21 et 22 novembre 2019.

Ce volume rassemble les contributions des intervenants à ce colloque, qui a accordé une large place aux collectionneurs et tracé de riches perspectives. Après un rappel de l’intérêt manifesté par l’ordre des Prêcheurs pour les images de dévotion, il offre un aperçu des recherches portant sur la création, l’édition et la diffusion en France de ces images, mais aussi sur leur iconographie et les courants artistiques qui les ont illustrées, sur la place qu’y tient l’histoire et sur leurs usages, y compris dans le monde protestant. Si la France occupe une place privilégiée dans ces études, plusieurs spécialistes élargissent notre regard en se penchant sur la production des images de dévotion en d’autres pays européens : l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne. Un volume essentiel pour mieux mesurer la diversité inattendue de ces images et leur fonction dans la société, et ainsi mieux cerner certains aspects du christianisme vécu en Europe du XVIsiècle à nos jours.

SOMMAIRE

Préface, Joseph DE ALMEIDA, o.p.
Introduction : Des images pour des yeux curieux. De l’imagerie de dévotion à l’ « art de Saint-Sulpice », Isabelle SAINT-MARTIN

Première partie L’Ordre des Prêcheurs face à l’image de dévotion
La collection d’images de piété de la Bibliothèque du Saulchoir,
Michel ALBARIC, o.p.
Entre images de dévotion et gravures d’illustration : la série dominicaine de la famille Landry, Claire ROUSSEAU, o.p.
Penser les images de dévotion à partir des hypothèses de Serge Bonnet sur le catholicisme populaire, Yann RAISON DU CLEUZIOU
Trois générations de missels et leurs images, Michel MALLÈVRE, o.p.

Deuxième partie
Création, édition et diffusion en France (XVIIe-XXe siècle)
L’image de dévotion mise en scène du XVIIe au XIXe siècle : canivets, papiers roulés et colifichets, Bernard BERTHOD
L’image d’Épinal, support de dévotion populaire au XIXe siècle, Christelle ROCHETTE
Les images pieuses peintes sur feuille de gélatine,
Jean-Pierre DOUSSIN
D’Orléans à Paris : les éditions d’imagerie religieuse Blanchard et Pannier, une histoire de familles, Marie Pierre ELAUDAIS-BLANCHARD
Les images de dévotion et l’imprimatur diocésain (1865-1965) : prologue à une réflexion, Dominique LERCH

Troisième partie Iconographie et courants artistiques
Monument à la gloire de Marie Commemorating the Klauber Brothers in 19th century Paris, Peter STOLL
Claudius Lavergne et l’imagerie de piété : de Gustave Doré à Louis-Joseph Hallez, Auriane GOTRAND
Les peintres nazaréens et l’image de dévotion en France (1850-1960), Dominique LERCH
Les illustrateurs d’images pieuses de 1850 à nos jours,
Évelyne SIGOILLOT-MEYER

Quatrième partie Usages et pratiques autour de l’image de piété
Y a-t-il une image de dévotion protestante ? Les petites images bibliques protestantes, Gustave KOCH
Des images à vivre. Thérèse de Lisieux et l’image de piété à la fin du XIXe siècle, Sylvie MANUEL-BARNAY
Un siècle d’histoire de France à travers des images pieuses (1840-1960), Christian EHRMANN
De l’usage de l’image de dévotion en Italie au XXe siècle. Propagande politique et campagnes militaires, les santini militari, Biagio GAMBA
Souvenirs mortuaires français (1840-1889), Bruno BLASSELLE
L’image de dévotion chrétienne sur les réseaux numériques,
David DOUYÈRE

Cinquième partie L’image de dévotion : regards européens
Les études sur l’image de dévotion en Allemagne. D’Adolf Spamer à nos jours, Konrad VANJA
L’image de dévotion en Espagne, Jean-François BOTREL
Le souvenir mortuaire dans la République des Provinces-Unies au XVIIe siècle, Évelyne VERHEGGEN
L’image de piété en Pologne à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècle) Christine MOISAN-JABLONSKI
Conclusion, Jean-Claude SCHMITT
Bibliographie
Index
Les auteurs

En savoir plus sur la collection de la bibliothèque du Saulchoir

Le colloque est évoqué dans le numéro 37, 2021 de  Culture & Musées :
Marie-Claude Léonelli, « Entre collection et patrimoine, les objets de dévotion privée »Culture & Musées [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021

 

Le colloque « Précieux souvenirs » : Un succès impressionnant et prometteur

« Précieux souvenirs » fut un véritable colloque international, où la participation d’experts venus de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, des Pays Bas, de la Pologne…  a permis de placer production et circulation des images de dévotion à l’échelle adéquate de l’Europe, voire du monde, en faisant ressortir le rayonnement de certains centres comme Anvers, Augsbourg et Paris, dans la longue durée. On saisit mieux désormais le contexte dans lequel prend place la collection remarquable des quelque 200 000 images pieuses constituée dans les cinquante dernières années et conservée à la bibliothèque du Saulchoir. Une préparation scientifique soigneusement menée pendant deux ans a conduit les organisateurs du colloque à identifier et inviter 26 orateurs, en mêlant les profils. Une jeune doctorante côtoyait ainsi des chercheurs aguerris, les professeurs d’université et les directeurs de musées et de bibliothèques faisaient alterner leurs interventions avec celles de collectionneurs ou de représentants de familles autrefois impliquées dans la production et la vente des images de dévotion. Les auditeurs eux aussi venaient de ces divers milieux, et leur persévérance a été remarquable : on comptait, pendant chacune des quatre demi-journées, entre 80 et 100 personnes assidues et infatigables, avides de s’instruire et de mieux comprendre les collections d’images qu’ils avaient eux aussi constituées ou dont ils avaient connaissance. Tous, curieux et passionnés, ont profité à plein des temps de pause pour se rencontrer, échanger, nouer des liens, ce qui augure bien de la constitution d’un réseau appelé à unir les forces et les compétences de ses membres. Les dîners avec les intervenants ont aussi renforcé la convivialité qui facilitera de futures collaborations avec notre bibliothèque.

Parmi les perspectives immédiates, je retiens le rapprochement avec l’Institut royal du patrimoine artistique (IRPA) de Bruxelles, qui se propose de partager avec notre bibliothèque son expérience en matière de traitement des objets de dévotion, et d’organiser prochainement une nouvelle rencontre.

Le bilan très positif dressé par Jean-Claude Schmitt dans ses conclusions, suivi de la description  du projet de numérisation de la collection d’images pieuses conservées à la bibliothèque et de la mise en place d’une plateforme collaborative, ont préparé l’échange de vues final. On y a souligné entre autres l’utilité de l’appui de centres experts tels que l’IRPA et l’intérêt du recours à des techniques de traitement innovantes qu’il importera de mettre en valeur dans les dossiers de demande de soutien financier par voie de mécénat.
Nicole Bériou, Présidente de l’Association des Amis de la bibliothèque du Saulchoir

C’est en voyant la satisfaction de chacun que nous avons mesuré l’importance de ce que nous avons vécu. Rares sont les colloques qui fédèrent autant de passionnés, universitaires ou non.
Le comité d’organisation

Quelques remerciements reçus :
Je tiens à féliciter les organisateurs du colloque sur les images: un colloque de grand intérêt scientifique. “
“Nous tenons à vous remercier pour ce merveilleux colloque , d’une organisation parfaite, d’une grande qualité !
Nous avons apprécié particulièrement le sujet très riche et dense…”
“… félicitations à tous les organisateurs de cet évènement extrêmement riche…”
“…J’étais très honoré de représenter les collectionneurs au milieu d’intervenants de si haut niveau… 
Merci de transmettre à nouveau mes vifs remerciements à toutes les personnes qui ont réussi à réaliser ce colloque qui fut une vraie réussite, qui met en valeur la Bibliothèque du Saulchoir, les Dominicains, les chercheurs et nos modeste images de piété, témoins d’une pratique, d’une foi et d’un art mis au service de tous.”
“…
deux jours de colloque absolument magnifiques. C’est rare de pouvoir tenir tout ensemble : la recherche, l’ampleur des collections, la déclinaison des compétences depuis la conservation, en passant par le classement et la technique…”

 

 

 

Le Saulchoir, une richesse humaine et libraire

L’équipe humaniste de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) a de bonnes raisons de rappeler, s’il en était besoin, les qualités de la bibliothèque du Saulchoir qui lui ont paru irremplaçables, après une ancienne et longue hospitalité de quelque dix-huit mois, puis derechef depuis la fin du mois de septembre de cette année.

Reflet des intérêts encyclopédiques bien connus de l’ordre dominicain, cette bibliothèque, on risquerait de l’oublier, n’est pas réservée aux seuls spécialistes des sciences religieuses et l’on ne laisserait d’être étonné de la diversité des domaines qu’elle embrasse. Peu savent en effet que tous ont accès à la plus riche bibliothèque privée de Paris, sans présenter toutefois les inconvénients de sa richesse, inhérents au gigantisme de certaines institutions dont nombre d’utilisateurs préférent de plus en plus se  détourner. Ici, point de ces lourdeurs technico-administratives qui envahissent le siècle, seules règnent la simplicité et la rapidité.         

Loin d’être uniquement le reflet du passé, la bibliothèque du Saulchoir reste une bibliothèque vivante, grâce aux dons et à une politique d’achat très bien conçue depuis l’origine : on y dispose ainsi d’une réserve précieuse riche en livres de la Renaissance, rassemblant en particulier une quantité impressionnante d’ouvrages d’un des premiers grands humanistes français, Jacques Lefèvre d’Étaples. On peut y admirer la merveille typographique d’un Psautier multilingue (arabe et hébreu compris) et multicolore d’Agostino Giustiniani, tout autant que les dernières nouveautés agréablement exposées au public.

         Cette énumération matérielle, au demeurant fort incomplète, serait bien réductrice si l’on ne soulignait que lui étaient indissociables la compétence d’un personnel acquise dans la stabilité sur le long terme, la chaleur de l’accueil et l’agrément de lieux paisibles, toutes conditions nécessaires à une recherche qui ne soit pas immédiatement pragmatique. Préventivement aux turbulences des temps à venir, la pérennité et la prospérité de ce hâvre de paix sont à assurer à tout prix , afin de permettre mieux qu’ailleurs la transmission d’un savoir désintéressé.

Jean-François Maillard, Jean-Marie Flamand, Marie-Elisabeth Boutroue

Une édition rare de 1541 du “theocriti idyllium”

A la suite de recherches dans notre réserve de livres rares et précieux nous avons redécouvert cette édition latine des Idylles de Théocrite provenant de la bibliothèque de Jean-Baptiste Grail (1755-1829). Professeur de grec au collège de France, on lui doit le regain des études grecques après la Révolution. C’est probablement lui qui a fait relier ce volume par Thouvenin en y insérant une note d’observations manuscrites de sa main sur cette précieuse édition.

Theocriti Syracusani poetae clarissimi Idyllia trigintasex, recens è graeco in latinum, ad verbum translata Andrea Diuo Iustinopolitano interprete. Eiusdem Epigrammata, bipennis, ala, et ara, latinitati donata, eodem Andrea Diuo interprete
Observations manuscrites de Jean-Baptiste Gail

La bibliothèque du Saulchoir à la Journée professionnelle Centre Régional 26 du Sudoc-PS

Le Centre Régional 26 organise sa première journée professionnelle le jeudi 28 mars 2019

Le réseau Sudoc-PS (Système de documentation universitaire – Publications en Série), dédié au signalement des publications en série, est piloté par l’Abes. Il est organisé en 32 centres. La BIS, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne,  héberge le CR26 sciences humaines et langues et civilisations occidentales

Les bibliothèques non déployées du CR26 dont la bibliothèque du Saulchoir fait partie, se réuniront  à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et la bibliothèque du Saulchoir participera à la première table ronde : « Retours d’expérience sur la participation au réseau Sudoc-PS »

Le réseau Sudoc-PS
Le réseau regroupe 2 000 établissements documentaires : des bibliothèques dites « déployées » et des bibliothèques dites « non déployées ».

Les bibliothèques « déployées » sont essentiellement des bibliothèques universitaires, relevant du MESRI (Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation). Elles signalent tous leurs documents dans le catalogue Sudoc.

Les bibliothèques « non déployées » sont des bibliothèques non universitaires (municipales, de musées publics ou privés, de sociétés savantes, centres d’archives, etc.). Elles signalent uniquement leurs publications en série (périodiques et collections) dans le catalogue Sudoc.

Il existe 32 Centres du Réseau. En province, la répartition des CR est régionale et académique. En Île-de-France, la répartition des CR est thématique et disciplinaire :

Le CR26

Le CR26 « sciences humaines et langues et civilisations occidentales », hébergé à la BIS depuis sa création en 1983, regroupe 177 bibliothèques : 136 bibliothèques déployées [PDF] et 41 bibliothèques non déployées [PDF].

Le total des notices localisées des bibliothèques « non déployées » au 1er septembre 2018 est de 24 611 dont :

 8 536 à la Bibliothèque du Saulchoir (dont 1 269 unica, périodiques que cette bibliothèque est seule à posséder),
 2 542 à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (dont 214 unica),
 1 893 à la Bibliothèque publique d’information (BPI),
 1 665 à la Bibliothèque du protestantisme français (dont 382 unica),
 1 015 à la Souvarine, la bibliothèque d’histoire sociale de Nanterre.

Nouvelles de la bibliothèque

Le numéro 17 du deuxième semestre 2018 est paru.
Nous y annonçons 2 temps forts qu’organise la bibliothèque en 2019

19 juin : Un lecteur des Pères à la bibliothèque du Saulchoir : Michel Foucault, 1979-1984 : table ronde consacrée à Michel Foucault et la place qu’a tenue la bibliothèque dans ses travaux

21 et 22 novembre 2019 : Précieux souvenirs : colloque international sur l’histoire de l’imagerie de dévotion en Europe

“Nature, singularité et devenir de la personne humaine chez Thomas d’Aquin” par Edouard Wéber

Présentation de l’ouvrage par un de nos lecteurs :

“Le père Edouard Wéber avait proposé, il y a quelques années de cela, un ouvrage d’importance portant sur l’anthropologie et la noétique thomasiennes, La personne humaine au XIIIe siècle ; il y attestait des efforts consentis par Thomas pour se dégager des apories d’une anthropologie dualiste et ainsi développer une conception unitaire de l’être humain. Sa présente étude, Nature, singularité et devenir de la personne humaine chez Thomas d’Aquin, publiée par les éditions Vrin permet à son auteur d’approfondir l’un des aspects de la réflexion philosophique et théologique du XIIIe siècle – la nature de l’homme – en retrouvant l’opposition thomasienne à la thèse d’un intellect unique pour tous. Elle montre comment, en définitive, Thomas d’Aquin assume en l’interprétant l’enseignement de Bernard de Clairvaux quant à la coopération du libre arbitre humain et de la grâce divine”.

Aline Debert, une amie de très longue date s’en est allée

La nouvelle de son décès fin juin nous a bouleversés. Aline faisait partie du Saulchoir qu’elle fréquenta dès l’obtention de son diplôme de bibliothécaire documentaliste en 1976. Elle fut pendant de nombreuses années l’assistante du professeur Alphonse Dupront (fondateur du Centre d’anthropologie religieuse européenne à l’EHESS), et était  depuis 1983 membre du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval (GAHOM). Elle collabora à l’Histoire du missel français  avec Michel Albaric, alors directeur de la bibliothèque. Elle venait souvent au Saulchoir. Au moment du thé de la bibliothèque, elle nous racontait avec sa verve et son humour ses découvertes sur les vies rocambolesques de certains saints et bienheureux, nous parlait avec affection de ses étudiants, racontait les voyages du GAHOM dont elle rapportait toujours des spécialités locales qu’elle nous faisait goûter. Car Aline aimait la vie, la bonne chère. Elle aimait les gens et donnait de son temps avec générosité. Elle s’est investie immédiatement dans notre projet de colloque de novembre 2019 sur la collection des images de dévotion du Saulchoir. Elle faisait partie du comité d’organisation. Collectionneuse passionnée d’images et de missels elle attendait la retraite pour se consacrer à notre collection qu’elle était une des rares à très bien connaître.  Sa disparition nous laisse orphelins.

Entre Cluny et Vézelay : savoirs et pratiques des sculpteurs dans la Bourgogne romane

 

Une soixantaine de personnes ont assisté à la conférence de Neil Stratford  le 14 juin 2018. Elle a été  suivie d’échanges passionnés qui se sont prolongés autour  du buffet offert par l’Association des Amis de la Bibliothèque.

Neil Stratford devant le portail central de Vézelay

Neil Stratford à l’écoute des questions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 14 juin à 19h30
Salle Dumont,  45 rue de la Glacière Paris 13e

l’Association des Amis de la bibliothèque du Saulchoir vous invite  à la conférence de Neil Stratford, Conservateur émérite au British Museum et Membre de l’Institut.
Cette conférence prendra la suite de l’Assemblée générale de l’Association qui se déroulera de 19h à 19h30