Archives de catégorie : Le livre du mois

jacobi Bornitii Emblemata ethico politica M.DC.LXIX

La réserve moderne de la bibliothèque du Saulchoir possède un beau livre allemand d’emblèmes dû à Jacob Bornitz. Notre exemplaire a été publié à Mayence en 1669 (l’édition originale est de 1659 à Heidelberg).

100 gravures d’une iconographie parfois étonnante, accompagnées chacune d’une légende en latin et en allemand, avec un commentaire moral sur la page en vis-à-vis.

Présentation de “Histoire et théologie : Thomistes en dialogue, XIXe-XXe siècles” d’Henri Donneaud et de “Feu la modernité. Maritain et les maritainismes” par Michel Fourcade le 21 septembre à Maisons-Alfort

Arbre bleu éditions a le plaisir de vous inviter, en présence des auteurs, à une présentation des ouvrages d’Henry Donneaud (Histoire et théologie. Thomistes en dialogue, XIXe-XXe siècles) et de Michel Fourcade (Feu la modernité. Maritain et les maritainismes). La rencontre se tiendra le mardi 21 septembre à 19 heures à Maisons-Alfort, dans une salle de la paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur (41, rue Cécile, 94700 Maisons-Alfort. Métro ligne 8 à 5 minutes à pied. Arrêts : Maisons-Alfort Stade ou Maisons-Alfort les Juliottes. Parking pour les voitures).

Les présentations seront suivies de dédicaces des auteurs et la rencontre se terminera par une collation.

Pour assurer l’organisation de la soirée dans le respect des règles sanitaires en vigueur, nous vous demandons de bien vouloir nous confirmer votre présence par mail à l’adresse suivante avant le 17 septembre prochain : n.vietdepaule@gmail.com

Très cordialement,

Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, directeurs de la collection « Religions et sociétés »

Les images de dévotion en Europe XVIe-XXIe siècle en vente chez Beauchesne

Souscription aux actes du colloque "Précieux souvenirs" des 21-22 novembre 2019s

En vente  42.00 € chez l’éditeur

Publié en septembre 2021.
Sa présentation par Claire Rousseau :

Vous craignez que le livre ne parle que de vieilleries ? Plongez-vous vite dans l’article de David Douyère qui explore les arcanes de l’image de dévotion sur les supports numériques dont ces chers téléphones portables (ajout personnel : une étude reste à mener sur l’image de dévotion tatouée sur le corps).

Vous êtes parpaillots ? Alors l’article de Gustave Koch sur l’imagerie protestante vous intéressera. Catholiques ou protestants, vous découvrirez avec Dominique Lerch combien les emprunts mutuels sont nombreux et si vous tenez à un estampillage épiscopal, le second article de Dominique sur l’imprimatur des images de dévotion vous montrera que rien ne fut simple.

Prêts à railler ? Vous n’irez jamais aussi loin que Claudius Lavergne, maître verrier qui n’a cessé d’écorner la production de ses contemporains. Un grand merci à Auriane Gotrand d’avoir secoué de rire la salle lors du colloque.

Vous pensez images de papier ? Que nenni ! La gélatine fut un étonnant support d’images ravissantes présentées savamment par Jean-Pierre Doussin.

Images de dévotion… parfois au service d’idéologies comme ces images de propagande politique et militaire à découvrir avec Biagio Gamba.

Mais images ayant aussi accompagné la sainteté, comme celles à l’usage de sainte Thérèse de Lisieux depuis son enfance jusqu’à sa déréliction (article de Sylvie Manuel-Barnay).

Bref, ce livre d’images, pas toujours sages malgré leur appellation, vous promet des lectures enthousiasmantes et des découvertes étonnantes

Contenu et sommaire

Les objets de dévotion (images, chapelets, statuettes, chemins de croix portatifs…) font partie de la vie quotidienne des chrétiens depuis des siècles. La bibliothèque dominicaine du Saulchoir (Paris) est reconnue comme un point de passage obligé pour leur étude. Sa collection d’images de dévotion, qui compte plus de 200 000 pièces classées, constitue un corpus majeur dans ce domaine encore peu étudié.

Depuis la recherche pionnière d’Adolf Spamer en 1930 et, beaucoup plus tard, l’exposition sur Un siècle d’ images de piété, 1814-1914 organisée au Musée-galerie de la SEITA en 1984, ce corpus et d’autres collections ont commencé à être défrichés. Mais il manquait une confrontation des diverses approches de ces images et un bilan ouvrant des pistes de recherches, à l’exemple des catalogues d’exposition réalisés à Piombino. Pour combler cette lacune, un colloque international, « Précieux souvenirs : histoire de l’imagerie de dévotion en Europe », organisé par la bibliothèque du Saulchoir en collaboration avec l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, s’est tenu à Paris les 21 et 22 novembre 2019.

Ce volume rassemble les contributions des intervenants à ce colloque, qui a accordé une large place aux collectionneurs et tracé de riches perspectives. Après un rappel de l’intérêt manifesté par l’ordre des Prêcheurs pour les images de dévotion, il offre un aperçu des recherches portant sur la création, l’édition et la diffusion en France de ces images, mais aussi sur leur iconographie et les courants artistiques qui les ont illustrées, sur la place qu’y tient l’histoire et sur leurs usages, y compris dans le monde protestant. Si la France occupe une place privilégiée dans ces études, plusieurs spécialistes élargissent notre regard en se penchant sur la production des images de dévotion en d’autres pays européens : l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne. Un volume essentiel pour mieux mesurer la diversité inattendue de ces images et leur fonction dans la société, et ainsi mieux cerner certains aspects du christianisme vécu en Europe du XVIsiècle à nos jours.

SOMMAIRE

Préface, Joseph DE ALMEIDA, o.p.
Introduction : Des images pour des yeux curieux. De l’imagerie de dévotion à l’ « art de Saint-Sulpice », Isabelle SAINT-MARTIN

Première partie L’Ordre des Prêcheurs face à l’image de dévotion
La collection d’images de piété de la Bibliothèque du Saulchoir,
Michel ALBARIC, o.p.
Entre images de dévotion et gravures d’illustration : la série dominicaine de la famille Landry, Claire ROUSSEAU, o.p.
Penser les images de dévotion à partir des hypothèses de Serge Bonnet sur le catholicisme populaire, Yann RAISON DU CLEUZIOU
Trois générations de missels et leurs images, Michel MALLÈVRE, o.p.

Deuxième partie
Création, édition et diffusion en France (XVIIe-XXe siècle)
L’image de dévotion mise en scène du XVIIe au XIXe siècle : canivets, papiers roulés et colifichets, Bernard BERTHOD
L’image d’Épinal, support de dévotion populaire au XIXe siècle, Christelle ROCHETTE
Les images pieuses peintes sur feuille de gélatine,
Jean-Pierre DOUSSIN
D’Orléans à Paris : les éditions d’imagerie religieuse Blanchard et Pannier, une histoire de familles, Marie Pierre ELAUDAIS-BLANCHARD
Les images de dévotion et l’imprimatur diocésain (1865-1965) : prologue à une réflexion, Dominique LERCH

Troisième partie Iconographie et courants artistiques
Monument à la gloire de Marie Commemorating the Klauber Brothers in 19th century Paris, Peter STOLL
Claudius Lavergne et l’imagerie de piété : de Gustave Doré à Louis-Joseph Hallez, Auriane GOTRAND
Les peintres nazaréens et l’image de dévotion en France (1850-1960), Dominique LERCH
Les illustrateurs d’images pieuses de 1850 à nos jours,
Évelyne SIGOILLOT-MEYER

Quatrième partie Usages et pratiques autour de l’image de piété
Y a-t-il une image de dévotion protestante ? Les petites images bibliques protestantes, Gustave KOCH
Des images à vivre. Thérèse de Lisieux et l’image de piété à la fin du XIXe siècle, Sylvie MANUEL-BARNAY
Un siècle d’histoire de France à travers des images pieuses (1840-1960), Christian EHRMANN
De l’usage de l’image de dévotion en Italie au XXe siècle. Propagande politique et campagnes militaires, les santini militari, Biagio GAMBA
Souvenirs mortuaires français (1840-1889), Bruno BLASSELLE
L’image de dévotion chrétienne sur les réseaux numériques,
David DOUYÈRE

Cinquième partie L’image de dévotion : regards européens
Les études sur l’image de dévotion en Allemagne. D’Adolf Spamer à nos jours, Konrad VANJA
L’image de dévotion en Espagne, Jean-François BOTREL
Le souvenir mortuaire dans la République des Provinces-Unies au XVIIe siècle, Évelyne VERHEGGEN
L’image de piété en Pologne à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècle) Christine MOISAN-JABLONSKI
Conclusion, Jean-Claude SCHMITT
Bibliographie
Index
Les auteurs

En savoir plus sur la collection de la bibliothèque du Saulchoir

Le colloque est évoqué dans le numéro 37, 2021 de  Culture & Musées :
Marie-Claude Léonelli, « Entre collection et patrimoine, les objets de dévotion privée »Culture & Musées [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021

 

Une édition rare de 1541 du “theocriti idyllium”

A la suite de recherches dans notre réserve de livres rares et précieux nous avons redécouvert cette édition latine des Idylles de Théocrite provenant de la bibliothèque de Jean-Baptiste Grail (1755-1829). Professeur de grec au collège de France, on lui doit le regain des études grecques après la Révolution. C’est probablement lui qui a fait relier ce volume par Thouvenin en y insérant une note d’observations manuscrites de sa main sur cette précieuse édition.

Theocriti Syracusani poetae clarissimi Idyllia trigintasex, recens è graeco in latinum, ad verbum translata Andrea Diuo Iustinopolitano interprete. Eiusdem Epigrammata, bipennis, ala, et ara, latinitati donata, eodem Andrea Diuo interprete
Observations manuscrites de Jean-Baptiste Gail

“Nature, singularité et devenir de la personne humaine chez Thomas d’Aquin” par Edouard Wéber

Présentation de l’ouvrage par un de nos lecteurs :

“Le père Edouard Wéber avait proposé, il y a quelques années de cela, un ouvrage d’importance portant sur l’anthropologie et la noétique thomasiennes, La personne humaine au XIIIe siècle ; il y attestait des efforts consentis par Thomas pour se dégager des apories d’une anthropologie dualiste et ainsi développer une conception unitaire de l’être humain. Sa présente étude, Nature, singularité et devenir de la personne humaine chez Thomas d’Aquin, publiée par les éditions Vrin permet à son auteur d’approfondir l’un des aspects de la réflexion philosophique et théologique du XIIIe siècle – la nature de l’homme – en retrouvant l’opposition thomasienne à la thèse d’un intellect unique pour tous. Elle montre comment, en définitive, Thomas d’Aquin assume en l’interprétant l’enseignement de Bernard de Clairvaux quant à la coopération du libre arbitre humain et de la grâce divine”.