Archives de catégorie : Les lecteurs du Saulchoir

Bibliothèques, religions, laïcité

Michel Mallèvre, dominicain, président de l’Association Bibliothèque du Saulchoir, présente Une bibliothèque de théologie et ses publics : la Bibliothèque du Saulchoir, p. 127-148, dans le chapitre Documenter le fait religieux en bibliothèque : collections et publics« .

La conclusion Collection & communication du religieux  assurée par  David Douyère, Université de Tours, accessible avec son autorisation et celle de Fabienne Henryot, est également le témoignage d’un lecteur de la bibliothèque.

ouvrage collectif sous la direction de Fabienne Henryot
Présentation de « Bibliothèques, religions, laïcité » publié en octobre 2018 chez Maisonneuve & Larose et Hémisphères éditions


Parution de « La fondation de l’Université de Paris »

Pascale Bermon, chercheur au CNRS, auteur de nombreux articles sur la philosophie médiévale, publie ici un choix de textes qu’elle a traduits et commentés. Dans la préface Jacques Verger  dit de ces textes qu’ils sont  les «textes fondamentaux qui jalonnent le processus qui a permis la naissance de l’institution universitaire parisienne et en éclairent des aspects ou des moments cruciaux»

Dons à la bibliothèque

De nombreux intellectuels, de toutes sensibilités, comme le philosophe Michel Foucault, les historiens Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Pierre Riché, l’islamologue Roger Arnaldez, le philologue, philosophe, historien des sciences Alain-Philippe Segonds ont fréquenté la bibliothèque, appréciant la qualité de son fonds, les conditions de travail et son ambiance conviviale. Michel Foucault a rédigé au Saulchoir son « Histoire de la sexualité » et son manuscrit encore inédit « Les aveux de la chair ». Puis l’Association pour le Centre Michel Foucault a été hébergée au Saulchoir (1986-1997) jusqu’à la publication des « Dits et écrits » chez Gallimard. Le fonds se trouve maintenant à l’IMEC, Institut Mémoire de l’Edition contemporaine en Normandie. Quant à Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Roger Arnaldez, Pierre Riché, Alain-Philippe Segonds,  ils  ont donné tout ou partie de leur bibliothèque.

En 2017 la bibliothèque a intégré 6094 livres dont seulement 397 sont des achats.
Pensez à nous  faire don de vos publications

La bibliothèque du Saulchoir : son rôle et sa place dans un parcours de recherche et de socialisation intellectuelle

par Bénédicte Renaud, Docteur en études politiques, EHESS – ancienne élève de l’ENA

Un patrimoine documentaire riche et spécifique, qui distingue le Saulchoir des autres bibliothèques de recherche

Mon travail de recherche n’aurait pu voir le jour sans la mise à disposition d’ouvrages qui étaient introuvables dans les autres bibliothèques de recherche, y compris la Bibliothèque nationale de France.  Ma recherche portait sur un auteur dominicain et professeur de droit international public de l’entre-deux-guerres pour lequel le Saulchoir disposait de l’ensemble de l’œuvre. Mais bien plus que cela, il m’a été possible de consulter plusieurs éditions d’ouvrage, notamment les éditions originales ce qui est particulièrement intéressant dans un travail d’analyse fine d’auteurs. Cette possibilité n’est pas toujours offerte par d’autres bibliothèques.

Le Saulchoir est un véritable lieu de ressource documentaire, qui par son histoire séculaire et son enrichissement progressif apparait essentiel, incontournable pour une recherche de qualité en histoire, en théologie, en philosophie médiévale comme en sciences politiques. L’objet de ma recherche était d’étudier notamment les interactions de la doctrine catholique portée par des auteurs religieux ou laïcs face à la crise de la démocratie face aux régimes totalitaires. Contrairement à une première image d’une bibliothèque spécialisée dans des domaines de recherche qui ont peu de liens avec le monde contemporain, il m’a été donné de vérifier la très grande variété du fonds et son ouverture aux problématiques actuelles non seulement par un catalogue d’ouvrages récents mais aussi par la possibilité de revisiter des oeuvres religieuses et non-religieuses à la lumière des questions politiques et philosophiques qui travaillent notre société, que l’on soit croyant ou non.

La valeur de ce fonds tient sans aucun doute à son caractère à la fois docte et actuel, spécialisé et pluridisciplinaire qui offre la possibilité d’une excellence universitaire quel que soit le niveau de formation concerné.

Une politique d’accueil et de consultation qui s’adapte aux lecteurs

L’organisation autonome de la bibliothèque, sa gratuité et ses horaires d’ouverture favorisent une accessibilité aux ouvrages qui, s’ils ne sont pas ouverts au prêt, peuvent être réservés « à la carte », les délais de mise à disposition des ouvrages demandés sont rapides. Par ailleurs, les facilités accordées à certains lecteurs selon leurs besoins de consultation sont très précieuses. En d’autres termes, l’adaptation aux besoins des lecteurs est plus aisée que dans des bibliothèques qui doivent gérer un lectorat très important et sont astreintes à une réglementation de sécurité et d’accessibilité qui peuvent être plus contraignantes. Par ailleurs, l’offre de service y est plus standardisée ce qui ne répond pas toujours aux besoins des lecteurs, encore moins à des chercheurs.

Un lieu de culture en acte

Ce qui fait de la bibliothèque du Saulchoir un lieu où se forme la culture aujourd’hui, c’est la communauté des lecteurs qui l’anime. La connaissance qui s’y construit ne résulte pas uniquement de la stricte consultation des ouvrages.  Elle émerge des conversations entre lecteurs, des contacts qui s’y nouent et des projets intellectuels qui s’y forment. Peu de lieux institutionnels offrent cette opportunité de passerelle et de dialogues. Le Saulchoir constitue un foyer intellectuel, un espace d’échange de la société civile dont la spécificité est de confronter des pensées religieuses ou non de tradition diverse et relevant de champs scientifiques différents. Il ouvre au questionnement, au débat et à une confrontation des savoirs très précieux pour la vitalité intellectuelle d’une société moderne, démocratique.

La bibliothèque ne se veut pas exclusive d’une connaissance « élitiste » mais son fonds documentaire invite à une formation universitaire d’excellence.  C’est un lieu vivant et atypique de culture, marqué par la construction des liens intellectuels et humains qui s’y forment et qui participe à la détermination de ce qui est commun aux femmes et aux hommes de la cité.