Le colloque « Précieux souvenirs » : Un succès impressionnant et prometteur

« Précieux souvenirs » fut un véritable colloque international, où la participation d’experts venus de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, des Pays Bas, de la Pologne…  a permis de placer production et circulation des images de dévotion à l’échelle adéquate de l’Europe, voire du monde, en faisant ressortir le rayonnement de certains centres comme Anvers, Augsbourg et Paris, dans la longue durée. On saisit mieux désormais le contexte dans lequel prend place la collection remarquable des quelque 200 000 images pieuses constituée dans les cinquante dernières années et conservée à la bibliothèque du Saulchoir. Une préparation scientifique soigneusement menée pendant deux ans a conduit les organisateurs du colloque à identifier et inviter 26 orateurs, en mêlant les profils. Une jeune doctorante côtoyait ainsi des chercheurs aguerris, les professeurs d’université et les directeurs de musées et de bibliothèques faisaient alterner leurs interventions avec celles de collectionneurs ou de représentants de familles autrefois impliquées dans la production et la vente des images de dévotion. Les auditeurs eux aussi venaient de ces divers milieux, et leur persévérance a été remarquable : on comptait, pendant chacune des quatre demi-journées, entre 80 et 100 personnes assidues et infatigables, avides de s’instruire et de mieux comprendre les collections d’images qu’ils avaient eux aussi constituées ou dont ils avaient connaissance. Tous, curieux et passionnés, ont profité à plein des temps de pause pour se rencontrer, échanger, nouer des liens, ce qui augure bien de la constitution d’un réseau appelé à unir les forces et les compétences de ses membres. Les dîners avec les intervenants ont aussi renforcé la convivialité qui facilitera de futures collaborations avec notre bibliothèque.

Parmi les perspectives immédiates, je retiens le rapprochement avec l’Institut royal du patrimoine artistique (IRPA) de Bruxelles, qui se propose de partager avec notre bibliothèque son expérience en matière de traitement des objets de dévotion, et d’organiser prochainement une nouvelle rencontre.

Le bilan très positif dressé par Jean-Claude Schmitt dans ses conclusions, suivi de la description  du projet de numérisation de la collection d’images pieuses conservées à la bibliothèque et de la mise en place d’une plateforme collaborative, ont préparé l’échange de vues final. On y a souligné entre autres l’utilité de l’appui de centres experts tels que l’IRPA et l’intérêt du recours à des techniques de traitement innovantes qu’il importera de mettre en valeur dans les dossiers de demande de soutien financier par voie de mécénat.
Nicole Bériou, Présidente de l’Association des Amis de la bibliothèque du Saulchoir

C’est en voyant la satisfaction de chacun que nous avons mesuré l’importance de ce que nous avons vécu. Rares sont les colloques qui fédèrent autant de passionnés, universitaires ou non.
Le comité d’organisation

Quelques remerciements reçus :
« Je tiens à féliciter les organisateurs du colloque sur les images: un colloque de grand intérêt scientifique. « 
« Nous tenons à vous remercier pour ce merveilleux colloque , d’une organisation parfaite, d’une grande qualité !
Nous avons apprécié particulièrement le sujet très riche et dense… »
« … félicitations à tous les organisateurs de cet évènement extrêmement riche… »
« …J’étais très honoré de représenter les collectionneurs au milieu d’intervenants de si haut niveau… 
Merci de transmettre à nouveau mes vifs remerciements à toutes les personnes qui ont réussi à réaliser ce colloque qui fut une vraie réussite, qui met en valeur la Bibliothèque du Saulchoir, les Dominicains, les chercheurs et nos modeste images de piété, témoins d’une pratique, d’une foi et d’un art mis au service de tous. »
« …
deux jours de colloque absolument magnifiques. C’est rare de pouvoir tenir tout ensemble : la recherche, l’ampleur des collections, la déclinaison des compétences depuis la conservation, en passant par le classement et la technique… »

 

 

 

Le Saulchoir, une richesse humaine et libraire

L’équipe humaniste de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) a de bonnes raisons de rappeler, s’il en était besoin, les qualités de la bibliothèque du Saulchoir qui lui ont paru irremplaçables, après une ancienne et longue hospitalité de quelque dix-huit mois, puis derechef depuis la fin du mois de septembre de cette année.

Reflet des intérêts encyclopédiques bien connus de l’ordre dominicain, cette bibliothèque, on risquerait de l’oublier, n’est pas réservée aux seuls spécialistes des sciences religieuses et l’on ne laisserait d’être étonné de la diversité des domaines qu’elle embrasse. Peu savent en effet que tous ont accès à la plus riche bibliothèque privée de Paris, sans présenter toutefois les inconvénients de sa richesse, inhérents au gigantisme de certaines institutions dont nombre d’utilisateurs préférent de plus en plus se  détourner. Ici, point de ces lourdeurs technico-administratives qui envahissent le siècle, seules règnent la simplicité et la rapidité.         

Loin d’être uniquement le reflet du passé, la bibliothèque du Saulchoir reste une bibliothèque vivante, grâce aux dons et à une politique d’achat très bien conçue depuis l’origine : on y dispose ainsi d’une réserve précieuse riche en livres de la Renaissance, rassemblant en particulier une quantité impressionnante d’ouvrages d’un des premiers grands humanistes français, Jacques Lefèvre d’Étaples. On peut y admirer la merveille typographique d’un Psautier multilingue (arabe et hébreu compris) et multicolore d’Agostino Giustiniani, tout autant que les dernières nouveautés agréablement exposées au public.

         Cette énumération matérielle, au demeurant fort incomplète, serait bien réductrice si l’on ne soulignait que lui étaient indissociables la compétence d’un personnel acquise dans la stabilité sur le long terme, la chaleur de l’accueil et l’agrément de lieux paisibles, toutes conditions nécessaires à une recherche qui ne soit pas immédiatement pragmatique. Préventivement aux turbulences des temps à venir, la pérennité et la prospérité de ce hâvre de paix sont à assurer à tout prix , afin de permettre mieux qu’ailleurs la transmission d’un savoir désintéressé.

Jean-François Maillard, Jean-Marie Flamand, Marie-Elisabeth Boutroue