Michel Foucault et la bibliothèque du Saulchoir

Frère Michel Albaric, Bibliothécaire du Saulchoir de 1973 à 1999 :

J’ai fait la connaissance de Michel Foucault au milieu de l’année 1979, chez Roger Stéphane avec lequel je travaillais sur une série de films pour la télévision. Nous avons dîné tous les trois et passé une soirée très cordiale. Très peu de temps après  je le rencontrai « sous la voûte » de la Bibliothèque Nationale. Il me dit sa fureur d’y avoir perdu sa journée de travail (longueur d’attente, restriction des communications, livres indisponibles, etc.). « C’est bien fait pour vous, Michel, lui ai-je dit, il faut venir travailler au Saulchoir ». Il s’intéressait alors, pour son Histoire de la sexualité, aux premiers siècles du christianisme, particulièrement à saint Augustin .

Il s’est inscrit à la Bibliothèque le 5 novembre 1979 et  y est venu très régulièrement. Il en témoigna publiquement à plusieurs reprises, la dernière fois dans L’usage des plaisirs.

 

 

 

 

 

 

 

Il devint aussi un membre fidèle de l’Association des Amis de la bibliothèque du Saulchoir,

 

 

Nous nous sommes revus assez souvent, tantôt chez Roger Stéphane, tantôt chez lui et j’ai très vite connu son ami Daniel Defert.

De Daniel Defert je tiens une anecdote que lui raconta la mère de Michel Foucault.
A un journaliste de la presse locale qui lui demandait :
«  Avez-vous lu les ouvrages de votre fils ? »
Elle répondit :
« Non ça me passait par-dessus la tête. Mais je puis vous dire une histoire d’enfance. Michel avait cinq ans et me dit : Maman, je voudrais être un poisson rouge ,  mais mon petit tu n’aimes pas l’eau froide,  oh juste cinq minutes, pour savoir ce que pense un poisson rouge ».
L’archéologie du savoir…

Michel Foucault meurt le 25 juin 1984.
Daniel Defert ne voulait pas de funérailles religieuses « pour Michel qui n’était pas croyant », mais céda à la demande de la famille. Le 29 juin 1984 j’ai  célébré la liturgie dans la petite église de Vendeuvre du Poitou (Vienne). Michel y est enterré dans le caveau familial.

 

Association pour le Centre Michel Foucault au Saulchoir 1986-1997

Née le 31 mai 1986, l’Association pour le Centre Michel Foucault réunit une trentaine d’universitaires et de chercheurs ayant travaillé avec le philosophe. Le bureau est composé d’Yves Duroux, François Ewald, Arlette Farge, Jacques Lagrange, Pierre Lascoumes, Paul Rabinow, Christian Revon, Dominique Séglard. L’article 2 des statuts définit ainsi son objet : « Cette Association a pour objet de créer, gérer et représenter le Centre Michel Foucault. Les objectifs du Centre sont de rassembler documents, archives et travaux composant l’œuvre de Michel Foucault ; de faciliter et de coordonner des recherches de rapportant à son œuvre ou s’inspirant de ses orientations et de ses méthodes… ».

Le fonds constitué, l’Association chercha en vain un lieu d’accueil et de communication. A François Ewald, son président, qui découragé le sollicita, Michel Albaric  répondit qu’il aurait perdu moins de temps  en commençant par le Saulchoir. C’est ainsi que le « Fonds Foucault » fit son entrée à la bibliothèque où il demeura jusqu’en 1997.  L’Association y fut officiellement domiciliée et y tint ses réunions.

Pendant les 10 ans que dura ce dépôt, des chercheurs du monde entier – américains, italiens, russes, brésiliens, anglais, allemands, argentins, canadiens, tunisiens, japonais… – fréquentèrent la bibliothèque avec des centres d’intérêt  très divers : travaux sur les régimes pénitentiaires, la science politique, l’histoire de la sexualité, les minorités… Les cours et conférences du Collège de France, avant leur publication chez Gallimard, étaient disponibles sur des cassettes dont les contenus ne correspondaient pas toujours aux notices. Les bandes magnétiques très écoutées s’emmêlaient parfois dans les baladeurs, donnant lieu à quelques moments de tension assez vifs gérés par l’équipe de la bibliothèque avec l’aide d’Yves Roussel et de Judith Revel. La présence du Fonds Foucault attira au Saulchoir un public inhabituel et suscita des rencontres et échanges fructueux dont beaucoup de chercheurs témoignèrent dans les préfaces de leurs livres.

Les Dits et écrits publiés en 1994 chez Gallimard reprenaient la presque totalité des documents rassemblés dans le Fonds Foucault, à l’exception du matériel audio, de quelques transcriptions inédites et du tapuscrit « Les aveux de la chair » (exclu de la communication).

 

 

 

 

 

 

 

Dès lors la présence du Fonds à la Bibliothèque perdait de son intérêt pour les chercheurs. En 1998 l’Association en effectua le transfert à l’IMEC, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, où il est maintenant consultable.

Carnet de la bibliothèque du Saulchoir (province dominicaine de France)